Partenaires

MOT DE LA DG MARE

 

L’Union Européenne (UE) fait l’effort vers la promotion de la planification spatiale maritime, non seulement concernant les eaux de ses États Membres, mais également au niveau global. Dans ce contexte, les Régions Ultrapériphériques jouent un rôle prépondérant comme avant-poste et l’avant-garde des politiques européennes dans le monde, dans ce cas celle de la politique maritime et de la gouvernance des océans.

 

Le projet Océan Métiss démontre que les synergies peuvent être créées entre les instruments de la politique interne, comme le Fonds Européen des Affaires Maritimes et de la Pêche (FEAMP), et aux initiatives visant à une meilleure intégration de ces Régions Ultrapériphériques dans leur environnement régional dans le cadre de la création d’une stratégie durable intégrée et de long terme pour le bassin de Sud-Ouest de l’Océan Indien.

 

La Commission Européenne soutient tous les efforts aux partenaires de ce projet pour répondre à ce défi. En tant que Directeur chargé des Affaires Maritimes, je me réjouis déjà de connaître les résultats de ce projet, prouvant que la coopération entre les différents États, membres ou non de l’UE, partageant une zone maritime très étendue est un facteur-clé de succès pour la mise en oeuvre d’une planification spatiale maritime dans le contexte d’un bassin maritime.

Bernhard Friess
DG MARE, Commission Européenne

MOT DE L’UNIVERSITÉ

 

L’économie bleue ouvre de nouvelles perspectives de développement dans l’océan Indien et en particulier pour l’île de La Réunion. Ces perspectives concernent, entre autres, les secteurs du tourisme, de la pêche et des énergies renouvelables. Avec la compétition grandissante avec d’autres grandes puissances (Etats-Unis, Chine et Inde) qui développent un intérêt pour cette région maritime, La Réunion a tout avantage à élaborer une « smart stratégie » de développement maritime.

 

Le projet OCEAN METISS a été pensé afin de relever ce défi stratégique de la croissance bleue dans une région ultrapériphérique de l’Europe, avec le soutien de l’Union européenne et en partenariat avec les pays voisins membres de la Commission de l’Océan Indien. Le consortium OCEAN METISS atteste d’une mobilisation à tous les niveaux stratégiques en associant les services de l’Etat, le Conseil Régional de La Réunion et l’Université de La Réunion.

 

OCEAN METISS vise le développement d’un plan stratégique marin ambitieux pour La Réunion et apportera sa contribution à une gestion transparente du littoral et de la mer reposant sur trois piliers: la connaissance au service de la société, la durabilité et l’équité. L’Université de La Réunion mobilise pour le projet OCEAN METISS une équipe interdisciplinaire de scientifiques et contribuera à la formation aux métiers de l’économie bleue.

 

Frédéric MIRANVILLE,

Président de l’Université de La Réunion

MOT DU PRÉSIDENT DE RÉGION

 

Terre française et européenne de l’océan Indien, le rayonnement de La Réunion passe incontestablement par l’affirmation de son ouverture maritime et la valorisation des activités de l’économie bleue, comme la pêche durable, l’écotourisme, la production d’énergies bleues renouvelables ou encore le transport maritime vert.

Un vaste champ d’actions se dessine devant nous. Mais nous devons aussi réfléchir ensemble aux actions et aux programmes qui pourront permettre à notre île et aux pays de la Commission de l’océan Indien de mieux profiter des formidables opportunités d’une gestion durable de leur océan.

Car la dynamique de notre île, appuyée et encouragée par l’Union européenne, s’inscrit désormais dans une stratégie globale et partagée : je tiens d’ailleurs particulièrement à saluer la mobilisation de l’ensemble de nos partenaires, l’Etat français, l’Université de La Réunion et la Commission de l’Océan Indien.

Les enjeux sont considérables, à la fois économiques, sociaux et environnementaux.

En plaçant l’économie bleue au cœur de sa stratégie de développement, en choisissant de l’organiser comme un véritable projet collectif, en misant sur l’intelligence collective, La Réunion a fait le choix de l’avenir et du développement durable.

 

Didier ROBERT

Président de la Région Réunion

MOT DU PRÉFET

 

Les enjeux du bassin maritime sud ouest de l’océan Indien sont multiples pour la France, que ce soit pour assurer notre souveraineté, le développement de nos intérêts économiques dans une zone économique exclusive de 2,8 millions de km² ou la protection de l’environnement. La mise en oeuvre d’une politique maritime intégrée, inscrite dans l’environnement régional de la COI, est aujourd’hui une nécessité. Le Conseil maritime ultramarin de bassin travaille à l’établissement d’une stratégie pour le développement durable du bassin, déclinaison locale de la stratégie nationale de la mer et du littoral. Les complémentarités sont évidentes avec le projet de planification spatiale marine Océan Metiss, dont la dimension partenariale est gage de succès. L’État et ses services sont pleinement mobilisés pour le succès de ce projet fédérateur et porteur d’avenir dans le domaine de l’économie bleue.

 

Amaury de Saint-Quentin,

Préfet de La Réunion,

Délégué du Gouvernement pour l’action de l’État en mer

MOT DU SG DE LA COI

 

Message de S.E.M. Hamada Madi, Secrétaire général de la Commission de l’océan Indien

 

Les mots, on le sait, sont porteurs de symboles. Tel est le cas d’Océan Metiss. Ce projet porté par la Région Réunion, la Préfecture et l’Université de La Réunion résume bien l’ADN de notre région insulaire, océanique et résolument métisse.

A travers ce beau nom, on lit aussi la volonté de La Réunion de contribuer activement au développement de l’économie bleue que chacun des Etats membres de la COI a élevé au rang de priorité.

C’est donc tout naturellement que la COI s’engage en tant que partenaire technique aux côtés de La Réunion dans ce projet qui vise à faire un état des lieux dynamique sur les facteurs impactant les économies et les écosystèmes de l’Indianocéanie et à évaluer le potentiel de croissance et de progrès social offert par nos vastes étendues océaniques. Bien entendu, la préservation de la biodiversité aussi riche que fragile de nos îles sous-tendra l’ensemble des activités du projet Océan Metiss.

La COI a développé une expertise reconnue en matière de gestion durable des milieux marins et côtiers. Au fil des projets pilotés depuis trente ans, notre organisation régionale a accumulé des savoirs et des expériences qui pourront utilement nourrir Océan Metiss.

Le projet de Grand observatoire de l’océan Indien mis en oeuvre avec l’appui de l’Institut de recherche pour le développement (IRD) sera d’ailleurs complémentaire d’Océan Metiss en ce sens qu’il pourra éventuellement drainer de l’information dans le respect des souverainetés nationales. De même, les activités conduites dans nos Etats membres en matière d’énergies renouvelables, de préservation de la biodiversité, de pêches ou encore de lutte contre les effets du changement climatique, conduites dans le cadre de projets financés par l’Union européenne, l’Agence française de développement, le Fonds français pour l’environnement mondial ouencore la Banque mondiale, trouveront sans aucun doute une articulation fructueuse avec Océan Metiss. C’est en tout cas dans ce sens que la COI entend soutenir techniquement ce projet.